Énoncé économique de l’automne 2017 : Enjeux pour les parlementaires

Consulter le rapport
Énoncé économique de l’automne 2017 : Enjeux pour les parlementaires.pdf

Sommaire
Afin d’aider les parlementaires dans leurs délibérations prébudgétaires, le présent rapport définit les principaux enjeux découlant de l’Énoncé économique de l’automne du gouvernement.

Perspectives économiques
Malgré la révision annuelle (moyenne) à la hausse de 30 milliards de dollars des prévisions du secteur privé concernant le PIB nominal pour la période allant de 2017 à 2021, le DPB estime que les prévisions, par le secteur privé, du PIB nominal de 2020 à 2022 présentent toujours un risque à la hausse. Comparativement à l’Énoncé économique de l’automne, les niveaux projetés du PIB nominal par le DPB sont plus élevés de 11 milliards de dollars (0,4 %) par année, en moyenne, de 2020 à 2022.

Perspectives financières
Le DPB prévoit des déficits budgétaires de 2017-2018 à 2022-2023 qui sont inférieurs, en moyenne, de 2,2 milliards de dollars à ceux prévus dans l’Énoncé économique de l’automne. La différence s’explique en grande partie par le rajustement en fonction du risque du gouvernement. Par ailleurs, les perspectives du DPB concernant le solde budgétaire tiennent compte à la fois de la hausse des revenus et de la hausse des dépenses.

Exactitude des prévisions
Compte tenu de l’incertitude entourant les projections économiques et financières, le DPB s’est souvent fait demander par les parlementaires de comparer l’exactitude de ses prévisions à celles de Finances Canada.

Pour fournir une évaluation de haut niveau de l’exactitude des prévisions, le DPB a calculé les écarts moyens des prévisions de la croissance du PIB nominal et du solde budgétaire. Dans l’ensemble, les projections du DPB sont moins biaisées et sont aussi exactes que les enquêtes et les prévisions budgétaires de Finances Canada.

Présentation du plan financier
Le gouvernement continue d’améliorer la transparence et l’accessibilité de son plan financier. Cela dit, l’Énoncé économique de l’automne passe sous silence les sensibilités des perspectives financières qui ont été fournies dans les énoncés/mises à jour et les plans budgétaires passés. Ces sensibilités montrent les répercussions de divers chocs économiques (c’est-à-dire des chocs qui touchent la croissance du PIB réel, l’inflation du PIB et les taux d’intérêt) sur le solde budgétaire.

En outre, l’Énoncé économique de l’automne établit une réserve financière de 1,9 milliard de dollars pour des « investissements futurs dans les programmes et les services essentiels » qui seront effectués de 2020-2021 à 2022-2023. Les parlementaires voudront peut-être obtenir plus de détails sur ces investissements.

Objectifs financiers du gouvernement
Malgré les engagements pris par le gouvernement dans le budget de 2016 visant l’atteinte d’objectifs liés au ratio de la dette fédérale au PIB et à l’équilibre budgétaire, l’Énoncé économique de l’automne ne fait pas mention de ces objectifs ni n’établit d’échéancier pour l’atteinte de l’équilibre budgétaire selon l’engagement du gouvernement. Les parlementaires voudront peut-être obtenir des précisions supplémentaires sur l’état des objectifs et des engagements financiers du gouvernement.

Dépenses de fonctionnement
L’Énoncé économique de l’automne prévoit une augmentation des dépenses de fonctionnement de 0,8 % par année, en moyenne, de 2018-2019 à 2022‑2023. Or, les conventions collectives prévoient une augmentation annuelle des salaires supérieure à 0,8 %. Les parlementaires voudront peut‑être obtenir plus de détails sur la stratégie du gouvernement pour gérer les dépenses de fonctionnement. Pour mieux les aider, le DPB produira un rapport de suivi qui comprendra une analyse approfondie des dépenses de fonctionnement du gouvernement et de leurs principaux facteurs de coûts.

Rapports connexes