Comparaison des projections à long terme du DPB et du ministère des Finances Canada

Consulter le rapport
 

Sommaire

Les projections à long terme sont un élément essentiel à la transparence budgétaire et à l’analyse de la viabilité. Le présent rapport compare les projections économiques et financières à long terme préparées, en 2018, par Finances Canada et le DPB.

Principaux éléments

  • Les projections du DPB quant à la croissance du PIB réel pour les périodes 2018-2023 et 2024-2055 sont légèrement inférieures à celles de Finances Canada, car le DPB prévoit une croissance plus lente de la productivité de la main-d’œuvre.
  • Le DPB et Finances Canada prévoient tous deux une hausse à long terme de l’équilibre budgétaire fédéral (en regard de la taille de l’économie), jusqu’à un excédent budgétaire de plus de 1 % du PIB, car la croissance des dépenses de programmes sera, après 2030, inférieure à la croissance du PIB nominal alors que, de façon générale, les revenus augmenteront au rythme du PIB nominal.
  • En ce qui a trait à la taille de l’économie, le DPB et Finances Canada s’attendent, à long terme, à une diminution de la dette fédérale. Cette baisse prévue laisse entendre que les politiques budgétaires actuelles du gouvernement sont viables pour la période de 2018 à 2055.
  • À la lumière des projections de Finances Canada, on estime que, de 2018 à 2055, le gouvernement fédéral pourrait augmenter ses dépenses ou diminuer les impôts de 0,7 % du PIB par année sans porter atteinte à sa viabilité financière. Cela correspond à 17 milliards de dollars en 2018, qui augmenteront en dollars au fil du temps en fonction du PIB nominal. Par comparaison, le DPB estime qu’entre 2018 et 2055, le gouvernement fédéral pourrait augmenter ses dépenses ou réduire ses impôts de 0,8 % du PIB par année (18 milliards de dollars en 2018, augmentant en dollars au fil du temps en fonction du PIB nominal).
  • Dans une récente analyse, le DPB a déterminé que les politiques budgétaires actuelles n’étaient pas viables pour l’ensemble des gouvernements provinciaux et territoriaux[i]. Une hausse fiscale ou une diminution des dépenses de l’ordre de 0,8 % du PIB annuellement serait nécessaire pour assurer la viabilité financière sur un horizon de 75 ans.
  • Malgré une recommandation du vérificateur général à cet effet en 2012, Finances Canada n’a pas présenté de projections à long terme ni d’analyse de viabilité pour l’ensemble des gouvernements provinciaux et territoriaux.
 

[i].      Le secteur gouvernemental provincial/territorial comprend les gouvernements provinciaux, territoriaux, municipaux et autochtones, ainsi que des entités du secteur public comme les conseils scolaires, les hôpitaux et les universités.

Rapports connexes

  • 27 septembre 2018

    Dans ce rapport, le DPB présente son évaluation de la viabilité financière à long terme du gouvernement fédéral, des administrations infranationales et des régimes de retraite publics.