Plan d’apprentissage et de garde des jeunes enfants pancanadien : impact positif sur la croissance économique, mais insuffisant pour combler la demande

Le directeur parlementaire du budget (DPB) a publié aujourd’hui le coût estimatif des aspects provinciaux et territoriaux du plan national de garde d’enfants annoncé par le gouvernement fédéral dans le budget de 2021.

« Le coût brut de combler la demande de places s’élèverait à 28,3 milliards de dollars, soit 1,1 milliard de plus que la somme de 27,2 milliards prévue dans le budget de 2021 », a expliqué Yves Giroux, le DPB. Outre les coûts relatifs à l’augmentation du nombre de places en garderie et aux tarifs subventionnés, l’analyse a tenu compte des impacts du plan sur les déductions fiscales pour frais de garde d’enfants, ainsi que sur les recettes provenant de l’impôt sur le revenu et sur les transferts liés à la Prestation fiscale canadienne pour enfants. Le DPB a estimé que les aspects provinciaux et territoriaux du Plan d’apprentissage et de garde des jeunes enfants pancanadien représenteraient un coût net cumulatif de 26,4 milliards de dollars d’ici la fin de 2025 2026.

Le DPB a projeté que si 90 % du montant brut du financement étaient consacrés aux places subventionnées, les fonds prévus au budget de 2021 permettraient en 2026 de subventionner 678 800 places équivalent temps plein, soit environ 182 000 de moins que nécessaire pour combler la demande prévue.

Du point de vue des impacts macroéconomiques, le DPB a estimé que la politique universelle de garde d’enfants augmenterait le taux global de participation au marché du travail de 0,3 point de pourcentage à long terme, ce qui se traduirait par une hausse de 0,4 point de pourcentage du PIB réel.

Dans son estimation, le DPB a utilisé le même ensemble de paramètres et d’hypothèses pour tous les gouvernements provinciaux et territoriaux, peu importe si, au moment de la publication de son rapport, ceux ci avaient conclu une entente avec le gouvernement fédéral concernant le plan annoncé. Le DPB a l’intention de publier un rapport d’analyse plus détaillée pour chaque province et territoire une fois que toutes les ententes auront été signées.

Le DPB n’a pas pu produire d’estimation détaillée des autres aspects du plan, faute de données suffisantes sur la politique en question.

-30-